Les financements de la biologie de synthèse

Une étude sur le paysage scientifique de la biologie de synthèse publiée dans la revue PLoS ONE en avril 2012, indiquait que 40 pays investissent aujourd'hui dans la BS, à travers plus de 500 axes de financements distincts, et pour des projets de recherche impliquant une communauté d'environ 3.000 chercheurs.


Au Royaume-Uni

En savoir plus Le BBSRC alloue 12 millions de £ aux universités de Cambridge et de Norwich pour le lancement de l'OpenPlant, un centre de recherche en biologie synthétique

OpenPlant, est l'un des trois nouveaux centres de recherche dédiés à la biologie de synthèse et établi au Royaume-uni. Sur les mêmes principes de "l'open source", l'objectif de ce centre est de stimuler l'innovation en biologie synthétique, en aidant les chercheurs et les industriels à développer et à partager de nouveaux outils appliqués au secteur végétal (création de nouvelles ressources génétiques par exemple)

OpenPlant est issu d'une collaboration entre l'université de Cambridge et le John Innes Centre du Norwich Research Park. Les deux institutions vont se partager le financement. Au cours des 5 prochaines années, 40 millions d'euros seront au total versés aux 3 centres de recherche soutenus par le BBSRC.

Selon les chercheurs UK (professeur coordonnateur David Baulcombe), si les Etats-Unis sont à la pointe de la recherche en biologie synthétique sur les microbes, le Royaume-uni détient pour le moment le leadership sur le secteur végétal.

Focus sur quelques travaux de recherche :

- les chercheurs du JIC étudieront comment les plantes médicinales chinoises (Echinacea notamment) créent de nouvelles couleurs naturelles et quels sont les effets bénéfiques de ses composants.

- inoculation de plantes pour la production de composés pharmaceutiques (vaccins), à l'image de ce que la société canadienne Medicago réalise actuellement

- chloroplastes auto-fluorescents rouges dans les tissus végétaux

- photosynthèse (plantes C3 & C4) : comment convertir les plantes C3 en C4 ?

- Marchantia polymorpha (hépatique des fontaines) : un modèle de croissance rapide intéressant pour la biologie synthétique ?

Source : University of Cambridge
Open plant - Major boost for synthetic biology