Biologie de garage, Do it Yourself biology (DIYbio), biohackers

Qui sont ces "bricoleurs du vivant", qui ne travaillent ni dans des laboratoires de recherche, ni pour des groupes industriels, mais qui font de la biologie... dans leur garage, ou dans leur cuisine?

"Les spécialistes sont unanimes : la biologie connaît une révolution aussi décisive que la découverte de l’ADN ou le séquençage complet du génome humain. La biologie de synthèse doit permettre à moyen terme à l’homme de se faire démiurge, pour écrire des séquences partielles ou entières d’ADN – et donc créer ainsi artificiellement la vie.

Une perspective tellement nouvelle qu’elle suscite des vocations en dehors des laboratoires eux-mêmes. Dans de simples garages ou des hangars, les « biohackers » sont aujourd’hui capables d’assembler des séquences d’ADN synthétiques (via des DNA cassettes ou BioBricks disponibles sur Internet). Peut-être donneront-ils vie à de nouvelles cellules, voire à des organismes entiers.

De nombreux acteurs, dont les plus gros laboratoires, investissent en tout cas dans la biologie de synthèse, jusqu’à Bill Gates, qui finance un programme colossal contre la malaria reposant sur elle. C’est cette révolution en marche que ce film souhaite montrer pour la première fois, en partant à la rencontre de ceux qui la portent."
Source : http://www.arte.tv/fr/Fabriquer-le-vivant/6615996.html

A voir...


TED talk of Ellen Jorgensen of Genespace on Do-It-Yourself Biology

Vous trouverez ci-dessous une sélection de documents sur la Do it Yourself biology, aussi appelée biologie de garage

         

Extrait du résumé :
Pour transformer une maison privée en un lieu où des expérimentations peuvent être réalisées, l'abordabilité, la disponibilité et surtout la mutabilité d'objets sont des facteurs importants. On observe des objets qui sont transformés, donnés, combinés, remplacés, imités, achetés en occasion, etc. En particulier, l'utilisation de « contournements créatifs » autour d'objets (pour les transformer et les combiner de manière nouvelle) et autour d'institutions (afin de contourner des liens économiques établis entre les universités et l'industrie) est à relever. Les biologistes de garage utilisent divers dispositifs de communication - sites Web, blogs, outils open source, forums, vidéos, pour échanger des connaissances et des objets et pour ainsi surmonter certaines frontières. La « domestication » de la biologie moléculaire est rendue possible via une économie ouverte et partagée d'équipements scientifiques qui est en train d'émerger.

Publié sur le site cairn.info : http://www.cairn.info/revue-reseaux.htm